3

Des préparatifs ...mais surtout des choix

Isa , le 31 mars 2014 17:02

Je pense que l'on peut vraisemblablement partir, faire un voyage au long cours, avec très peu de préparations en amont et se débrouiller ensuite sur place, quelque soit le pays où l'on se trouve...

Nous, nous sommes partis du principe qu'un voyage bien préparé, nous permettrait d'utiliser au mieux nos économies et surtout, de les faire "durer" un maximum. En effet, n'ayant pas un porte-monnaie sans fond, notre petit pécule est ce qui déterminera la durée de notre voyage, selon l'adage simplissime: plus d'argent, plus de voyages!!!

De plus, il n'était pas envisageable de partir "à l'arrache", notre choix de vie ne devant pas, en toute logique, impacter la vie de nos proches restés en France, sur la base du "on n'est pas là, on vous laisse gérer!!" Tout d'abord, comme nous étions décidés à partir plus d'un an, ça impliquait des choix et des décisions à prendre  concernant nos emplois respectifs, notre appartement, notre voiture...

Rapidement, nous avons compris que partir quelques mois, en demandant à nos entreprises respectives des congés sabbatiques, sans soldes, nous obligerait à rentrer à une date précise, et nous n'avions pas besoin de vacances prolongées mais d'un changement de vie. Aussi, nous avons finalement décidé de démissonner (prévoyant un budget "tampon" dans l'optique ou on ne retrouverait pas un emploi dans la semaine suivant notre retour!), nous laissant ainsi toute lattitude, quand à notre retour. (je vous passe les réactions de nos proches à cette annonce, je ferais un article spécialement sur ce sujet, ultérieurement!)

Ensuite, vint la question de notre appartement, parce qu'au fond, nous ne sommes pas spécialement  matérialiste; il y avait naturellement tous nos livres, nos souvenirs, toutes ces petites choses accumulées au fil du temps et auxquelles nous étions attachés. Mais l'appartement en lui-même... pas vraiment en fait!

La location nous aurait permis de le garder, de continuer à le payer et donc, nous assurer un patrimoine mais nous ne voulions pas demander à nos proches de gérer notre bien pendant que nous serions au bout du monde. De plus, nous n'aurions pu assurer financièrement, un problème de loyers impayés (les assurances proposées par les agences immobilières ne couvrent que quelques mois d'impayés, alors si vous n'avez pas de chance et que vous cumulez ensuite la trève hivernale de novembre à mars...). Enfin, notre budget voyages/plongée, pouvait même s'augmenter d'un volet "épargne pour l'après-voyage", si nous réussissions à vendre correctement notre T2. Donc, nous avons opté pour l'option vente.

Du coup, logiquement, nous avons loué un box pour entreposer ce dont nous ne voulions nous séparer et nous avons vendu tout le reste: mobiliers, voiture, moto...

Et nous n'avons, pour le moment, pas regretté nos choix! Quand nous rentrerons dans 2, 3, 5 ans, nous n'aurons sans doute plus tout à fait les mêmes goûts, donc pourquoi s'encombrer avec des biens dont, à terme, nous allons très probablement nous séparer.

0

Bon... On se lance...

Isa , le 31 mars 2014 00:14

Après 1 an et demi de préparation, le grand moment est enfin arrivé...

Le saut dans l'inconnu, l'aventure tant attendue, qui commence...et ce blog, comme une sorte de fil d'Ariane qui va nous permettre de vous faire partager tout ça!!!

 


0

Don't Worry, Dive happy!!!

Isa , le 30 mars 2014 23:22

Des bulles, des poissons...et les profondeurs abyssales. La plongée est une discipline qui m'a toujours fascinée. Mais de soi-disant problèmes d'ouie (croyez moi, il faut toujours prendre un 2ème avis médical) et surtout, le fait de vivre en plein coeur des Alpes (la plongée dans le Lac Léman? Ouai...Bon je passe mon tour!!!) n'ont pas permis que je réalise ce rêve, avant mes 30 ans. Après différents voyages, notamment à Bali et au Mexique, où Alex et moi avons été initié à la plongée loisir, on s'est dit que, peut-être, nous pourrions nous aussi, faire découvrir cet écosystème si particulier, qu'est celui des mondes sous marins et ce sport fabuleux, réellement apaisant, qu'est la plongée.

De plus, d'un point de vue purement pratique, sans penser à devenir millionnaire, on s'est dit qu'enseigner aux autres, notre plaisir à plonger, nous permettrait d'allier l'utile à l'agréable: d'auto-financer notre voyage, de rester quelques temps dans des spots du bout du monde, goûtant la vie au quotidien, profitant d'une certaine douceur de vivre (en comparaison du stress de la vie citadine que l'on a allègrement laissé derrière nous)!

0

Bah voui ! Pourquoi ?

Isa , le 30 mars 2014 22:51

Quand mes 30 ans se sont profilés à l'horizon, ma condition de libraire ne me convenait plus : après 10 ans à vendre toutes sortes de livres et avoir travaillée au sein de deux librairies bien différentes l'une de l'autre, j'avais un peu l'impression d'avoir fait le tour de ce magnifique métier (impression sans doute galvaudée, mais les aventures que je lisais depuis des années dans les livres que je vendais, je voulais les vivre maintenant!).

Même si Alex et moi, nous nous étions trouvés, notre vie, dans le 2 pièces/cuisine que l'on avait acheté à Gaillard (Haute-Savoie, près de la frontière avec Genève), ne nous satisfaisait plus.

Alex, monteur/électromécanicien, se sentait lui aussi en quête d'autre chose, prisonnier d'une routine, sans surprises, sans challenges où le stress, le disputait à la logique économique d'une société internationale qui "manage ses collaborateurs" comme de vulgaires pions sur un échiquier.

On s'est finalement rendu compte que ce dont on avait réellement envie, c'était de voir le monde, de rencontrer des gens différents qui n'ont ni la même vie, ni les mêmes références culturelles que nous. De plus, alimenter ce voyage autour du monde, par le biais d'un projet professionnel, complètement différent de ce que nous vivions jusque là, semblait être un bon moyen de commencer cette nouvelle phase de notre vie.

1

Les amoureux en voyage!

Isa , le 30 mars 2014 17:12

En quelques mots, je vais tâcher de nous présenter...

Je m'appelle Isabelle. Au moment où j'écris ces lignes, j'ai 34 ans, et je suis libraire, tellement intéressée par les livres d'art que je vendais, que j'ai finis par reprendre mes études pour passer une licence d'histoire de l'art. Optimiste invétérée, un poil maniaque, je suis du genre battante.

Ma moitié, depuis maintenant 15 ans, se nomme Alex, gréco suisse de 32 ans. Il a un caractère bien trempé et des idées bien arrêtées. Fan de moto, autodidacte de la basse, perfectionniste à l'excès, dans ses loisirs comme dans sa vie professionnelle, c'est plutôt le challenge qui le motive. 

 



Powered by BlogEngine.NET 2.0.0.36 - Log in
Original Design by Laptop Geek, Adapted by onesoft & Yome NetSan