1

J-15 Une légère angoisse...

Isa , le 28 mai 2014 00:07

Une toute petite microscopique angoisse me saisit...On part dans 15 jours, 2 semaines, bref, ça y est , le départ est là...Les préparatifs sont finis, il faut dire au-revoir et...partir!

C'est merveilleux mais finalement, à l'inverse de ce que je soutenais mordicus à une de mes amies, qui me posait la question dernièrement...et bien oui, je flippe un peu.

Le grand saut, c'est maintenant...Comme me le disait un tatoueur particulièrement sensé, on est en train de quitter notre "zone de confort" (il s'agirait de cette période de la vie ou on est plus ou moins posé, ou tout est simple parce qu'établi mais ou, au fond, c'est un peu ennuyeux quand même...mais tellement rassurant, mais si chiant...) et bien, le grand saut est plus difficile que prévu, elle est pas si facile que ça à quitter notre zone de confort!

Encore un petit effort et on y est...les au-revoir, c'est le plus difficile!!! Limite, on aurait presque l'impression de partir pour toute la vie, quand on voit le regard désespéré de nos parents qui finissent par réaliser que l'on ne se verra plus pendant 2 ans...ou plus...

Mais bon, on ne vit qu'une fois et justement à 34 ans bien tapé, il est temps de sortir des jupes de sa maman!!! Donc encore un peu de courage et là, on va basculer dans l'aventure!! Ce qui va nous arriver à partir du 11 juin et bien, c'est du "hors confort" et finalement, je dois bien le dire, l'excitation prend le pas sur l'angoisse!!!

Allez, plus que 15 jours...

0

J-18 jours : gérer les imprévus ingérables!!

Isa , le 24 mai 2014 13:49

18 petits jours et nous décollerons enfin de Lyon pour Bangkok. On est en pleine euphorie des derniers préparatifs et là...Tout s'écroule because... coup d'état en Thailande...

Bon, sans être défaitiste, on a quand même eu une sacrée peur que notre séjour soit compromis, du fait de ce putsh militaire. Autant vous dire, que l'on est resté scotché à tous les moyens possible d'infos.

En 1er lieu, le site du ministère des affaires étrangères, qui, dans sa rubrique "conseils aux voyageurs", donne une idée en temps réel de la situation sur place. Pour le moment, après 2 jours, le communiqué reste le même: pas de problèmes spécifique pour les touristes, si ce n'est, respecter le couvre feu et bien garder ses papiers d'identité sur soi...Bon, voilà quelque chose de rassurant: pas de frontières fermées, pas de vols annulés...ou en tous cas pas encore!

Ensuite, les forums...celui du routard reste plutôt pertinent pour cette destination, car beaucoup d'intervenants s'expriment régulièrement, y compris les expats...et justement c'est leurs avis qui est intéressant; or, pas d'affolement chez les francophones de Bangkok, des militaires dans les rues, certes, mais pas vraiment de tensions...en même temps avec 19 coup d'état sur les 60 dernières années, on ne va pas dire que ça devient une habitude, mais bon...

Donc, tout ça est plutôt rassurant, pour le moment, en espérant juste que tout n'empire pas dans les jours à venir.

A part ça, nous avons fait nos derniers achats, nous sommes en train de planifier les dernières visites aux amis et à la famille, la période des "au-revoirs" n'est pas la plus facile mais, en même temps, on se dit que ce n'est pas non plus pour toute la vie (quoi que?), qu'ils (que vous viendrez) viendront nous voir...on essaie de faire comprendre Skype aux plus réticents et on vérifie 3 fois que l'on a bien toutes les adresses mails de tout le monde!!

Les tracasseries administratives sont quasi finies, on a même reçu le passeport d'Alex dans les temps et malgré les évènements, le consulat de Thailande nous a fixé un RDV pour le visa de "Mossieur-je-fais-tout-à-la-dernière-minute", le 30 mai, donc tout à l'air sous contrôle..ou presque...

0

De la difficulté à sortir du système...

Isa , le 19 mai 2014 18:16

Un article qui ressemble un peu à un coup de gueule, je vous l'accorde mais bon mieux vaut prévenir, la surprise est de fait, moins rude.

Les préparatifs du voyage ne comprennent malheureusement pas que prévoir son itinéraire, faire son sac, gérer sa banque, son assurance santé...Il y a, en tous cas pour nous, tout un pan de tracasseries divers dû au fait que l'on vendait tous nos biens, que l'on voulait se libérer de toutes contraintes administratives, inhérentes à une vie stable dans un pays occidental...et que ceci fut un véritable parcours du combattant dû à la lourdeur du système, d'une part mais aussi, par ailleurs, au réel manque de rigueur des interlocuteurs que l'on rencontre au fil de ces interminables démarches!!!

Tout d'abord, la vente de l'appartement...méfiez vous des agents immobiliers, si vous avez de la chance vous allez tomber sur un débrouillard, au listing client conséquent, sérieux et impliqué, qui ne va pas vous sur-évaluer votre bien...Bon nous, on a cumulé, la sur-évaluation, le manque de rigueur, le listing client faiblard et un contexte économique délicat (dans une région qui ne posait jusqu'alors pas de soucis!!). Résultat: entre la mise en vente et la signature d'un compromis de vente: presque 6 mois! Sachant que pour finir, on a envoyé promener toutes les agences et que l'on s'est débrouillé avec Le Bon Coin...Ce fut notre meilleure idée concernant la vente de notre F2

Les démarches administratives, consécutives à notre départ...Nous avons donc appris au cours de ces mois de préparatifs que la lettre en recommandé avec accusé de reception est un préalable à tous types de démarches et que parfois elle se couple, de manière fort heureuse avec une opposition bancaire sur prélèvements!!

En effet, je ne compte plus les coups de fils, coup de gueules, aux opérateurs téléphoniques, assureurs divers, administration fiscale, dans le but, somme toute légitime, de ne plus avoir à payer pour des biens que nous n'avions plus, pour une assurance travail alors que nous avions démissionné, pour un forfait de téléphone ou du matériel, type box internet, renvoyé et/ou résilié.

Un vrai parcours du combattant car entre le total manque de suivi du dossier, les congés du mois de mai et le "j'm'en foutisme général", il y a de quoi devenir anarchiste, limite à se dire que la condition d'apatride (bon ne tombons pas dans l'extrêmisme, d'ermite, plutôt!!) paraît soudain pleins d'avantages, comme celui de se barrer quand on veut comme on veut (si on excepte le fait qu'en étant apatride, on a pas de passeport !!)

Alors je le reconnais, on n'a pas eu de bol... et pour beaucoup, tout se passe comme sur des roulettes avec personnes compétentes en plus, un vrai bonheur...

Mais il faut garder à l'esprit, que partir pour un tour du monde sans date précise de retour, comme c'est notre cas, implique quitter un système qui par définition s'applique à tous en toutes circonstances, en deux mots...qui ne veut pas être quitté!!!

0

Plonger au Mexique en pratique

Isa , le 18 mai 2014 22:33

Playa Del Carmen:

Hôtel Catalonia Royal Tulum

hôtel 4**** en All inclusive, pour 2 semaines: Hôtel-resort génial mais comme tous les grands resorts, on s'y sent un peu...enfermé, ce qui est top, le club de plongée à une antenne sur la plage de l'hôtel, parfait pour faire un 1er essai dans la piscine de l'hôtel ou pour organiser ses plongées.

Club Prodive Mexico, Centre PADI 5 Star

PADI Advanced Open Water Diver:

forfait comprenant: les cours PADI Advanced: 109$, avec on a pris le package: 10 dives pour 472$ (avec un supplément pour le matériel) et 2 surplus pour une sortie de 2 plongées en Cénote et 2 autres à Cozumel... bref, on en a eu en tout pour environ 790$ ou 550Euros/pers

C'est pas donné mais au final, nous avons plongé 10 fois, dont 2 dans un parc naturel (les taxes d'entrée étaient comprises), avec navette, ferry, déjeuner compris et 2 dans un autre type de parc (là encore les taxes d'entrée étaient incluses). De plus, nous avions uniquement nos masques et tubas, nous avons donc loué tous le reste. Le matériel était en bon état.

Les instructeurs étaient très compétents, par contre les divemasters...un peu léger. On avait choisit l'option fun dive avec un rapide refresh pour notre 1er plouf et au final, le divemaster n'a juste rien vérifié du tout, s'étonnant même de notre consommation d'air (évidemment après 1 an sans plonger, on était rouillé!!)

0

Un petit mix du Mexique

Isa , le 18 mai 2014 22:03

 

Alors évidemment, c'est encore un peu bleu...mais comme nous avons investi dans un filtre rouge...les vidéos faites en Thailande seront beaucoup plus colorées!!

0

PADI Advanced Open Water Diver

Isa , le 12 mai 2014 22:48

Une fois l'Open Water obtenu, la suite logique est de passer l'Advanced Open Water.

Et bien franchement, c'est beaucoup plus simple et plus "fun". En fait, la technique étant considérée comme acquise, on vous propose dans ce niveau du PADI, d'approfondir certains items juste survolés, voir pas du tout abordés pendant l'Open Water.

Ainsi, l'obtention du diplôme se résume aux choix de 5 spécialisations parmi un large panel d'options (enfin tout dépend des clubs). Vous pouvez de fait, améliorer votre flotabilité, vos connaissances de l'environnement marin, de nos amis les poissons, apprendre la photo ou la vidéo marine, savoir plonger en profondeur, sur épave, avec un scooter marin, en dérive...

Nous avons préparé l'Advanced au Mexique, sur des spots fabuleux. Nous avons choisi, comme items, la connaissance de l'environnement, la plongée en profondeur, en dérive, l'orientation et la flotabilité...Au départ, quand on en parlait avant d'arriver à Playa, on se lançait plutôt dans la photo ou le scooter marin...des trucs terribles!!! Mais finalement, après en avoir pas mal parlé avec notre instructrice Cynthia, nous nous sommes rendus compte qu'avant de nous lancer dans ce type d'aventures, il valait mieux approfondir ce que l'on a découvert pendant l'Open Water. Et ce fut un excellent conseil, j'ai réellement pu améliorer ma technique de plongée.

Après, il faut tout de même relativiser, on se spécialise, certes...mais un peu...en fait on approfondit plus ou moins, il s'agit plus d'une introduction, la véritable spécialisation intervient plutôt au niveau du diplôme du Master Scuba Diver Instructor (donc largement plus haut dans l'échelle PADI) où effectivement, on devient incollable sur un item!!!

Ce fut cependant une expérience intéressante, elle m'a permis d'améliorer sensiblement ma flotabilité neutre, à me calmer et à moins me diriger avec les bras et à me déplacer en utilisant surtout l'inertie. Par contre, concernant l'orientation, il va sans doute falloir que je m'entraîne encore avec le compas, le rectangle sous l'eau que je devais réaliser en se dirigeant uniquement avec cet instrument de torture, n'avait de rectangle que le nom!!! 

La prochaîne étape sera le PADI Rescue, là on va vraiment apprendre quelque chose de différents, on va savoir comment se débrouiller dans des situations d'urgences, les gestes de 1ers secours...Voilà de nouveau une étape intéressante, enfin on verra?!

(ça, c'est ma participition au blog, la photo!)

0

Mexique: Cenote

Isa , le 12 mai 2014 18:00

Après l'article sur Cozumel, voici le petit dernier concernant le Mexique, au sujet de cette spécificité locale qu'est le cenote.

Dans la série des curiosités locales, celle là mérite le détour. Un peu d'histoire et de géologie, pour commencer... Un cénote est un puît d'eau douce, formé au cours des siècles par infiltration d'eau de pluie et érosion du sous sol tendre de la région, à l'origine de l'apparition de ces "trous" d'eau. Ces derniers servaient de réservoir d'eau potable aux populations du Yucatan. Des cénotes, il y en a des centaines, pour ne pas dire des milliers, certains communiquent entre eux par des galeries, plus ou moins immergées, amenant l'eau de pluie dans des salles enfouies plusieurs dizaines de mètres sous terre et couvertes de stalactites et/ou de stalagmites, de l'eau qui, aujourd'hui encore, est super pure...(j'ai bu la tasse plus d'une fois avant la plongée et je n'ai eu aucuns problèmes de bactéries...) Bref, en plongeant en cénotes, on fait de la plongée ET de la spéléo...

Là où cela diffère de la "spéléo classique" c'est que l'eau étant filtrée par le sol, elle est particulièrement pure et du coup, il suffit d'un trou de lumière, de rayons de soleil qui se frayent un chemin dans l'obscurité et là, c'est juste incroyable, on a l'impression en tant que plongeur d'être en suspension dans l'air, l'eau est littéralement translucide de pureté...

Cette plongée est cependant une plongée plutôt technique, il faut réellement maîtriser sa flotabilité, et sa consommation d'air. Certains boyaux peuvent être totalement immergés et du coup, la possibilité en cas de problèmes, de remonter est impossible (vive l'octopus de son binome dans ce cas!). De plus, la capacité à se contrôler, à rester calme, maître de ses mouvements, est essentiel. En effet, il est inimaginable d'abîmer par des gestes désordonnés ou une mauvaise flotabilité, les fragiles concrétions qui mettent des centaines d'années à se former. De plus, pureté de l'eau ne signifie pas pour autant qu'il n'y a ni sables, ni sédiments...il repose juste sur le fond, donc là encore, la flotabilité DOIT être parfaite afin de ne pas brouiller la visibilité.

En y repensant, c'est probablement la plongée qui m'a le plus apporté...elle m'a obligée à me calmer, à prendre mon temps!

Nous avons plongé dans le cénote de Dos Ojos : un immense ensemble de galeries, un vrai labyrinthe; d'ailleurs un fil d'ariane est nécessaire pour ne pas se perdre. Dos Ojos est un double cénote avec 2 systèmes de galeries, nous avons d'abord emprunté Barbie Cave : une poupée barbie dévorée par un croco en résine est le point d'arrivée de ce 1er parcours...(charmant, non!!!), une profondeur maxi de 10m, des stalactites géantes, des effets miroirs où l'on ne fait plus la différence entre l'air et l'eau!

Nous avons ensuite changé de bouteille et avons emprunté la 2ème entrée: Bats Cave, son nom vient du fait que la "salle" d'arrivée est colonisée par des centaines de chauves souris, dormant paisiblement, juste au dessus de la galerie d'où vous émergez (là pour le coup, l'eau est forcément moins limpide)... mais c'est assez impressionnant de sortir la tête dans une cavité où vivent à quelques mêtres au dessus de nos têtes, des petites bêtes...euh, sympatiques? Les galeries de ce cénote sont plus sombres (moins de trous de lumière), plus tortueuses, avec des passages relativement étroits (les mouvements désordonnés de palmes sont formellement interdits!!)

L'impression de flotter dans l'air/l'eau est vraiment impressionnante mais le manque de vie marine (bon il y a bien quelques petits poissons mais à côté de la barrière de corail, ce n'est pas comparable!) en fait un environnement très spécial, à voir, définitivement...mais d'un point de vue perso, je préfère la plongée plus...classique, avec les poissons multicolores, de toutes les tailles etc!

(photo tirée du site www.cenotedosojos.com)

1

J-30 jours

Isa , le 11 mai 2014 01:36

Et voilà, nous y sommes...le grand départ, c'est pour dans un mois, un tout petit mois!!!

1ère étape: la Thaïlande et plus spécialement, Koh Tao, en ligne de mire, notre diplôme d'instructeur de plongée PADI, fin octobre...donc 4 gros mois de fun, de poissons, de ploufs, de plage, d'études en perspective!

Nos sacs sont fait, nos billets d'avion pour la Thailande réservés, notre hôtel pour les 1ers jours bookés, le club de plongée prévenu de notre arrivée, on en est à finir de cocher les derniers items de notre check list "avant le grand départ"

L'impatience, limite l'angoisse monte gentiment, le grand saut c'est maintenant, la page se tourne vraiment et notre prochaîne étape va nous projetter dans l'inconnu.

0

Mexique: Cozumel

Isa , le 10 mai 2014 20:02

Cozumel...le paradis des plongeurs, sanctuaire marin depuis que le commandant Cousteau, lui-même, dans les années 60, décréta que les fonds sous-marins de cette île étaient exceptionnels.

Et franchement, et bien, il avait drôlement raison...c'est vraiment magnifique. Nous avons plongés sur le spot de Palancar, au sud de l'île et ça valait amplement, la navette depuis l'hôtel jusqu'à Playa Del Carmen, puis le ferry jusqu'à Cozumel, puis les 3/4 heures de bateau jusqu'au site de plongée!! 

D'immenses formations coraliennes, peuplées de dizaines d'espèces de poissons, de crustacés différents, un vrai bonheur de plongeur!!

Dans le cadre de notre Advanced Open Water Diver, nous avions opté pour réaliser notre spécialisation plongée profonde à "visiter" les fonds de Cozumel; en effet la profondeur maxi du site de Palancar est de 30 m environ.

Après une mise à l'eau, depuis le bateau, nous sommes gentiment descendus jusqu'à 22 m! Quelle descente, l'impression d'apesenteur étaient géniale, nous étions littéralement en suspension dans l'eau avec le fond 15 m en dessous de nous, magique! 

Nous avons croisé des poissons anges, des mérous pas farouches, des homards empilés les uns sur les autres, une murène jaune planquée dans sa caverne en train de faire un petit somme, un minuscule hypocampe et un ban de Carangues

Evolué autour, à l'intérieur de ces énormes cheminées garnies de gorgones, d'éponges, de coraux donnaient l'impression étrange d'un autre monde, un monde que l'on voit généralement plutôt à la télé dans les documentaires nature, et bien là, c'était tout du vrai, promis, que du réel!!!

Allez voir notre petite vidéo (dans l'onglet éponyme) de cette plongée, ça vous donnera une petite idée de ce que l'on a vu!

Petite anecdote: quand vous êtes en profondeur, la pression est suffisament forte pour écraser n'importe quelle bouteille plastique. Pour nous le montrer en "réel", notre instructrice Cynthia, nous avait averti qu'elle en ferait l'expérience devant nous à 20 m... ce qu'elle fit et cela occupa toute notre attention pendant quelques instants, ah une bouteille qui s'écrase par elle-même, incroyable (sic)...ce que nous avons raté par contre, c'est le bébé requin qui a choisit pile ce moment pour passer juste à proximité de notre groupe!!! Mais ça on ne l'a su qu'une fois de retour à la surface...Saloperie de bouteille!

Après 45 minutes d'exploration, nous sommes remontés à la surface et avons regagné le bateau, qui nous emmena sur le spot de notre 2ème plongée de la journée: Paso Del Cedral, dans le même esprit que Palancar mais avec pas mal de courants. Le but de ce 2ème plouf étant la plongée dérivante, Cynthia nous expliqua les spécificités de ce type de plongée: rentrée dans l'eau, comment gérer ses déplacements dans le courant, comment tenter de réfréner ses effets...Puis, nous repartîmes pour une nouvelle découverte de ce parc marin si magnifique.

Nous restâmes sous l'eau 40 minutes, en essayant de faire face au courant et de ne pas se laisser entraîner. Là encore la richesse de la faune nous surprit, pêle mêle nous vîmes homards, crabes géants rouge...et une mini méduse ultra urticante qui s'emmêla, fort heureusement dans ma combi donc, pas de piqures au final!!

Une séance de bonzette sur la plage du club à Cozumel et un solide déjeuner plus tard, nous repartîmes pour Playa Del Carmen et notre hôtel...l'esprit toujours à Palancar...

0

Mexique: plonger à travers le Yucatan

Isa , le 9 mai 2014 13:49

En septembre 2012, nous sommes partis 2 bonnes semaines au Mexique, dans l'idée de découvrir les merveilles de la culture maya, les restes de la colonisation espagnoles...

...et la magnifique barrière de corail de la mer des Caraibes.

Notre hôtel se situait sur la Riviera Maya, entre Playa Del Carmen et Tulum. Sur la plage de l'hôtel, se trouvait une antenne du club Pro Dive Mexico, par lequel nous avons passé notre 2ème niveau PADI, l'Advanced Open Water Diver. Notre instructrice, Cynthia, une suisse d'origine, impressionnante de professionnalisme nous a aidé à choisir les 5 spécialitées qui allaient composer notre diplôme. Nous nous sommes finalement décidés à creuser un tant soit peu: la biologie marine (la connaissance des poissons locaux, du milieu en général...), l'amélioration de la flotabilité, l'orientation sous marine, la plongée profonde (soit jusqu'à maximum 40m, chez PADI, ici, ce n'est jamais en dessous de 25m, dans le cadre de ces "spécialisations") et la plongée en dérive, dans le courant. 

Avec un bonus de 2 plongées supplémentaires...la grande spécialité locale: le Cénote.

Un Cénote est un trou d'eau douce qui servit, voir sert encore, de réservoir d'eau potable aux populations du Yucatan. Ces réservoirs, par le biais de l'érosion, ont creusé de centaines de kilomètres de galleries dans le sous-sol de la région, galleries qui font le bonheur des plongeurs car elles sont bien souvent immergées et l'ambiance qui y règnent est tout à fait particulière.

Nous avons commencé notre 1ère plongée, après une année en mode terrestre, par un refresh nécessaire, au large du club, dans un jardin coralien, à environ 12m de profondeur. Après quelques difficultés afin d'équilibrer les oreilles, j'ai enfin pu retrouver le "plancher des poissons" et profiter de ce 1er plouf...court... vu, qu'à nouveau, je m'agitai allègrement pour tout voir... Alex a bien mieux maîtrisé que moi ce retour aux fondamentaux, mais lui avait emporté notre toute nouvelle GoPro, qu'il essaya de faire fonctionner au mieux afin d'avoir quelques souvenirs sous-marins. Pas évident au départ de se rendre compte de ce que l'on filme, biensûr le cadrage sous l'eau est plutôt, aléatoire!

La session suivante nous permettait de développer notre flottabilité. Nous avons là encore plongé dans le jardin de corail et avons exécuté différents exercices afin de gérer au mieux nos mouvements, notre air...

Cette plongée m'a fait beaucoup de bien et m'a permis de pas mal progresser: vous devez faire le "bouddha" et donc rester stable entre 2 eaux, être capable de passer entre les jambes écartées d'un autre plongeur sans le toucher...etc 

La plongée consacrée à la biologie marine se caractérise par une plaquette prêtée par le club avec un maximum de variétés locales représentées, le but étant de les reconnaître sous l'eau avec son binôme et d'en parler ensuite avec son instructeur. Cette plongée m'a clairement laissée sur ma faim; une fois à la surface, quand on a eu les détails sur les différentes espèces représentées que l'on avait reconnues, je n'avais qu'une envie, y retourner pour vérifier de visu les infos, sur le comportement des espèces observées, que l'on venait de me donner.

La plongée profonde ainsi que la dérivante firent l'objet d'un voyage sur la fameuse île de Cozumel. plongée d'anthologie pour nous, j'écrirai un article juste sur ce moment fabuleux, photos à l'appui. Idem pour la plongée en Cénote, si particulière...

Enfin, la dernière plongée de ce séjour fut celle consacrée à l'orientation. Après un explication détaillée de l'utilisation d'un compas sur le bateau nous menant au site de plongée (toujours le jardin de corail), nous avons mis ces explications à profit sous l'eau par quelques exercices, avant de tenter la réalisation d'un beau rectangle juste en se dirigeant avec le compas... et bien ça à l'air bête comme chou, mais croyez moi, c'est loin d'être évident!! Finalement ces exercices ont été assez rapidement réalisés et nous avons pu profiter du reste de notre plongée pour aller découvrir une fois encore ce magnifique spot.

Ce qui fut fabuleux avec ces multiples plongées à peu de jours d'intervalle, c'est que l'on a réellement pu améliorer notre technique et finalement, à la fin des 45 min réglementaire (selon PADI) de cette dernière plongée, il me restait encore quasiment la moitié de ma bouteille d'oxygène...la classe, non?


Powered by BlogEngine.NET 2.0.0.36 - Log in
Original Design by Laptop Geek, Adapted by onesoft & Yome NetSan