0

Komodos: des Mantas, des requins, des tortues...et des varans géants

Isa , le 11 juillet 2015 15:30

Notre extension de visa en poche, nous nous sommes envolés pour Florès afin d'aller découvrir l'archipel des Komodos aussi bien sous l'eau que sur terre... Le parc naturel des Komodos est un espace protégé, qui se compose d'un archipel, situé entre Florès et Sumbawa. Barrière naturelle entre le Pacifique et l'océan Indien, la vie marine protégée y est luxuriante, abondante et...impressionnante. Réputées pour être un spot de plongée incontournable pour tout plongeur digne de ce nom, nous ne pouvions manquer d'aller fourrer nos palmes dans les eaux cristallines de l'archipel. 

Arrivés dans la minuscule Labuan Bajo, nous n'avons pas tardé à nous rendre dans le club de plongée que j'avais repéré auparavant sur internet et qui m'avait, de plus, été conseillé par des amies qui avaient plongé dans le parc via ce club précisément. Après nous être inscrit pour 4 jours de plongées, soit 11 plongées, plus une après midi sur l'île de Rinca pour voir les varans, nous sommes partis explorer la ville...En fait, ce fut assez rapide, car Labuan Bajo est un port de pécheur qui basiquement ne compte que trois grandes rues et quelques ruelles transversales. Comme toutes les villes indonésiennes, elle est très étendue. Le centre est en construction; l'ouverture récente de plusieurs lignes quotidiennes entre Florès et Bali annonce un futur boom touristique que les locaux tentent d'anticiper en construisant hôtels, restaurants, clubs de plongées en pagaille. Elle compte aussi un certain nombre de restaurants de bonne qualité et depuis ces bars, restau...la vue sur la baie avec toutes les petites îles est juste magnifique,les couchers du soleil y sont tout bêtement spectaculaires!

Nous avons donc commencé nos plongées dès le lendemain de notre arrivée...et quelles plongées!!! Nous avions fait une micro liste de ce que nous espérions voir pendant ces 4 jours et, que ce soit les Mantas, les requins, les hippocampes pygmés, les poissons grenouilles... on les a tous vu en l'espace de 4 plongées!! Plus un million d'autres poissons, invertébrés, coraux...que nous n'avions jamais vu jusque là! Des couleurs de folie, des tailles incroyables (comme il s'agit d'une zone protégée, les poissons et les organismes marins en général grossissent sans problèmes...), bref des plongées d'exception. Les raies Mantas sont venues nager au dessus d'Alex (vous pouvez voir ça ici) et une raie aigle est restée dans nos palmes, ou pas bien loin, lors de deux magnifiques plongées sur des sites au nord de l'archipel!

Je vous passe les tortues à foison, les poissons-ange énorme et même quelques dauphins, qui sont venus gambader à quelques encablures du bateau. Les Komodos sont réputées pour les courants, parfois très fort qui les balaient, et bien nous n'avons pas été déçu... Parfois, nous étions allègrement ballotés d'un bout à l'autre du site de plongée! Expérience intéressante! 

Finalement, nous avons réservé une journée de plus, soit 3 plongées supplémentaires tellement nous avions été émerveillés par ce que nous avions vu sur les 4 jours écoulés. Du coup, nous avons plongé aux Komodos 14 fois pour la modique somme de 334 euros par personne, ce qui, au vu des prix pratiqués sur Florès est plus que raisonnable (nous avons bénéficié d'une réduction du fait de notre statut d'instructeur et du fait que nous avions tout notre matériel).

L'après midi du 3 jours, nous avons fait une petite halte sur Rinca, une des îles de l'archipel, qui compte un bon milier de varans... Ils sont vraiment impressionnant, de gros lézards qui se font dorer au soleil et qui font facilement 2m-2m50 de long! Ils se nourissent de charognes et sont bien plus rapides qu'ils en ont l'air. Nous avons fait un petit treck d'une grosse heure sur l'île, avec un guide qui sait comment gérer ces si charmantes bestioles, si par hasard on en croisait une au détour du chemin, mais finalement c'est agglutinés sous les cuisines des locaux que nous avons vraiment pu les observer!! Les varans ne mangent qu'une fois par mois, ils mordent leurs proies (biches, buffles...), attendent qu'elle crève de scepticémie, puis la dévorent... ils mangent aussi parfois leurs petits; du coup, ces derniers, pour échapper aux voraces appétits de leurs parents grandissent dans les arbres (on a passé une bonne partie de la ballade la tête en l'air pour être sur qu'aucuns ne risquaient de nous tomber dessus). Charmant!!

Nos 2 derniers jours sur Florès, nous avons loué un scooter et avons arpenté un tant soit peu la campagne environnante; ce qui ne fut pas sans mal car, sur l'île, seule la route principale est vraiment pratiquable, les autres tiennent plus du chemin vaguement goudronné il y a bien 30 ans, avec une pente à plus de 45%... un vrai bonheur pour les pneus (d'ailleurs, comme d'habitude, on a crevé au bout d'une heure!). Nous avons fait 20km dans les terres pour aller voir une magnifique cascade. Nous pensions naïvement que la cascade serait dans la forêt, 200m après le parking pour le scooter. Mais en fait, ça a plus tenu du parcours du combattant que de la réelle balade...Au bout de 20km sur la "nationale", nous bifurquons sur une "route", la cascade se trouvant selon le panneau, 4km en contrebas...après 1,5km de trous, de graviers, de terre, nous laissons le scooter sur le bas côté et poursuivons à pied, persuadés que nous n'arriverons jamais à remonter avec notre petit 50cm3 (finalement un local, nous a remonté et nous étions 3 sur son scooter qui ne devait pas être plus puissant qu'un bête 125cm3!!). Au bout du chemin, nous sommes arrivés devant un "ticket counter, tourist information center" (une cabane en bois avec un improbable toit en tôle) ou nous avons payé nos tickets (sic!) et sommes repartis avec un guide pour 45 min de marche dans la jungle (comme on s'était si bien organisé on était en tong avec une mini bouteille d'eau!!!). Suant, nous sommes finalement arrivés à cette fameuse cascade et ça valait vraiment le détour: personne, une eau bleue émeraude, un petit lac entre 2 gorges ou l'on a pu nager pour aller voir la cascade de plus près...un vrai petit paradis!

Le soir même, nous retrouvions Anthony et Lise pour une ultime soirée ensemble (eux arrivaient sur Florès, nous en repartions). Un périple de 36h nous attendaient le lendemain pour rentrer sur Bali. En effet, voulant économiser sur le prix du retour, nous avions opté pour l'option locale, c'est à dire ferry et bus, plutôt que l'avion... Ce fut la encore un grand moment dans la catégorie "Isa et Alex en transit en Asie"!!! Nous avons donc pris un 1er ferry qui nous emmena de Labuan Bajo à Sape, sur Sumbawa, puis un bus pour traverser Sape (avec l'incourtable mini van surchargé entre Sape et Bima ou nous attendait un vrai bus de voyage, avec air conditionné..), puis à nouveau un ferry entre Sumbawa et Lombok, un bus pour traverser Lombok, encore un ferry jusqu'à Padang Bai sur Bali et un dernier bus entre Padang Bai et Denpasar! Nous sommes arrivés à notre hôtel à Kuta...nous étions littéralement, mort de fatigue!  Là, nous attendait la charmante nouvelle qu'un des volcans du massif de Ijen était en erruption et que son panache de fumée semait une belle pagaille dans le ciel de Bali, l'aéroport fermant un jour sur deux, les vols annulés et reportés aux calendes grecques (c'est la grosse période touristique sur Bali, les australiens sont en vacances et les musulmans fêtaient la fin du Ramadan!)...Je vous laisse imaginer le stress, nous qui avions réservé le van pour l'Australie, l'hotel pour notre 1ère nuit à Darwin...

Finalement, tout est bien qui finit bien, nous avons eu la chance d'avoir notre vol en temps et en heure et après presque 2 mois en Indonésie, c'est avec un petit pincement au coeur que nous avons dit au-revoir aux côtes balinaises et à ce magnifique pays.

0

Similan Islands

Isa , le 14 février 2015 16:28

Vidéo réalisée et montée par Alex

0

2 jours, 1 nuit...7 plongées: Similan Island

Isa , le 14 février 2015 06:41

Après avoir bien profité de la visite d'Andrea et Kevin ainsi que de Brigitte et de toute la petite famille Bucherakos, la plongée nous manquait déjà et ça aurait été dommage, si proche du parc national des Similan de ne pas aller y faire un tour, juste histoire de voir si la reputation de ces sites d'être parmi le top 10 des plus beaux sites de plongée au monde, est usurpé ou pas...Et bien franchement, ce fut incryable et le côté liveaboard n'a fait que rajouter au côté magique de ces plongées, qui resteront d'anthologie en ce qui me concerne!!!!

Mais tout d'abord, qu'est ce qu'un liveaboard ?

Il s'agit ni plus ni moins d'une croisière spécialisée où on plonge aussi souvent que le permet notre taux d'azote dans le sang, en une journée, soit 4 fois pour nous, sans nitrox. Le bateau était plutot petit, nous n'étions que 7 plongeurs, plus les divemasters et instructeurs du staff, les 2 cuisinières et les boys boat qui ne plongeaient pas...Bref une petite quinzaine de personnes!

Nous sommes arrivés via speed boat depuis Khao Lak, et avons rejoint notre bateau vers 11h le 1er jour au niveau de l'île 9. Nous sommes donc montés a bord, avons préparé notre équipement, écouté le court briefing du divemaster et sauté à l'eau pour notre 1ère plongée et là...ce fut un 1er enchantement: visibilité à 25m, poissons et coraux partout et des espèces que nous n'avions pas encore eu le loisir d'observer! Après les 45 min reglementaires, nous étions de retour sur le bateau pour un déjeuner attendu et pas mal du tout, un peu relevé, bref thai! Puis petite sieste sur le sun deck (sans crème=coup de soleil pour moi, biensur) avant la plongée 2 du jour, toujours aussi magnifique, et surtout sans des dizaines de bateaux sur le même site et 50 plongeurs au cm2 comme à Koh Tao! Après une bonne heure et demi d'intervalle de surface, re-briefing , et re-plouf pour la plongée 3....enfin, plongée de nuit a 19h nous étions dans l'eau avec 2 tortues venues respirer a la surface avant de rejoindre leur caverne pour la nuit. Des poissons lion, des moorish, des crabes...un vrai festival nocturne!

A notre retour sur le bateau, personne ne s'est fait prier pour le dîner, et tout a été littéralement englouti...Nous avons ensuite retrouvé notre cabine avec nos lits superposés avec bonheur! Nous étions crevés!!!

Le lendemain, rien de mieux pour se mettre en appétit pour le petit déjeuner qu'une plongée de bon matin...a 7h30 nous étions tous a l'eau a Elephant Head Point, un rocher nu a 200 m de l'ile la plus proche! Et ce fut juste fabuleux....un véritable labyrinthe de rochers immenses, des swimm through partout, des gorgones géantes de toutes les couleurs et des dizaines d'espèces de poissons différentes...j'aurai pu passer les 3 prochains mois juste a plonger là,  tellement cet endroit est magique. Malheureusement, après 45 minutes, il a bien fallut revenir sur le plancher des vaches...Après le petit dejeuner, retour dans l'eau pour notre 2ème plongée de la journée...et c'etait déjà l'heure du lunch. Enfin, en debut d'après-midi, notre dernière plongée avant 3 bons mois!!! Géniale comme toutes les autres, elle nous a laissé un certain goût de reviens-y !

A 15h, le speed boat venait nous récupérer pour nous ramener au port vers la prochaine étape de notre voyage....

N'hesitez pas a aller jeter un coup d'oeil a la video d'Alex sur ces plongées mythiques....si jamais ça vous motive, on sera en mai a Bali!!!!

2

Delirium Divers!!!

Isa , le 6 novembre 2014 08:27

On pourrait mettre ça sur le compte de la narcose à l'azote mais à 15m....Ca paraît peu probable. Enfin voilà ce que ça donne quand des plongeurs, à peu près bien sous tout rapport, se tapent un méchant délire sous l'eau!!!

Vidéo réalisée avec les images d'Alex et d'Arved et montée par Alex...

0

Des poissons et des plongeurs...une video d'Alex

Isa , le 21 octobre 2014 04:53

Quelques beau specimens de la vie marine de Koh Tao...et je ne parle pas que des poissons...

0

Eco Reef Check course

Isa , le 11 septembre 2014 11:56

Comme vous le savez, je suis un tout petit peu "épistémophile" (et oui chez moi, l'acquisition de connaissances tourne vite à la pathologie!!) et du coup, entre la fin de l'apprentissage de Divemaster et le début des cours d'Instructeur de plongée, nous avions trois bonnes semaines de pas grand chose...Aussi en ai-je profiter pour suivre un cours concernant la réalisation d'enquète Reef Check. 

Le Reef Check est une organisation internationale qui collecte annuellement, via les centres de plongées, des données précises sur l'état général des récifs coraliens, des espèces qui le composent... Avec ces données, l'organisation publie ainsi des recommandations sur ce qui devrait être mis en oeuvre pour sauvegarder ces écosysthèmes si fragiles et si complexes. 

Ces données collectées le sont par des plongeurs habilités reef check; en effet, il faut suivre une procédure bien spécifique pour que ces infos, une fois envoyées aux biologistes marins affiliés reef check, puissent être correctement traitées. 

Du coup, je me suis dit que ce serait intéressant de suivre ce cours, par les connaissances qu'il apporte sur le fonctionnement des récifs, sur les différentes espèces de poissons, d'invertébrés et de coraux que l'on étudient pour déterminer l'état général du site, l'impact de la pollution, du réchauffement climatique...

Me voilà donc partie pour suivre ce cours de spécialité de 3 jours...ce fut intense par le nombre de connaissances à emmagasiner en peu de temps mais follement intéressant car au delà, de l'aspect éco de ce cours, c'est aussi une approche de la plongée qui fait passer la technique au second plan au profit du milieu!

Ces 3 journées se décomposaient ainsi, théorie et examens de coinnaissances le matin et plongées avec application pratique des notions abordées, l'après midi.

La méthodologie du reef check se résume en fait à un protocole de comptage d'un certain nombre d'espèces significatives de poissons, d'invertébrés et de coraux... Du coup, le gros du travail est l'apprentissage des différentes espèces et comme selon les familles, il peut exister de nombreuses variations entre chaque genre, l'apprentissage est ardu (par exemple, les poissons papillons, il en existe 27 variétés différentes et pour le reef check, on ne tient compte que de 5 familles, donc il faut pouvoir les différencier afin de comptabiliser les bons sujets) mais passionnant, car cet apprentissage s'accompagne de connaissances plus étendues sur l'impact de l'homme sur ces milieux, les maladies et les prédateurs des coraux, les espèces invasives...bref, c'était génial... enfin (!) je comprends un peu plus ce que je regarde quand je plonge!!

Donc, après ces 3 jours de formation et un examen final réussit a 85%, je suis, maintenant, également certifiée Reef Check Diver et ce sera sans aucuns doutes un plus, pour décrocher un poste, en Australie, par exemple, ou les centres de plongées sont très concernés par la protection de la Grande Barrière de corail! 

 

 

 

 

1

Snorkel Test ! Yehhhhh!

Isa , le 7 septembre 2014 07:14

Alors voilà... C'est fait... Nous avons enfin terminé notre cours pour devenir Divemaster!!! Les derniers exercices rendus, les derniers papiers signés... Et le tour était joué, nous sommes officiellement devenus des professionnels de la plongée !Il ne restait plus qu'une toute petite épreuve à passer, pour être définitivement reconnu comme tel.... Le très redouté snorkel test!

Comme son nom l'indique le snorkel test se réalise avec masque et tuba en place sur le visage...sauf que le tuba est complété d'un entonnoir (une bouteille en plastique, ajustée sur ce dernier) et qu'après une série de "jeux" qui revient sur les temps fort des semaines écoulées, selon que vous ayez été bon ou pas, pro ou paresseux...

votre mentor va vidé dans votre tuba un seau de trucs sympa ou pas!!!! Bien-sûr il faut boire ce qui est versé, sans en renverser une goutte sur le sol, sinon, c'est une bière supplémentaire à boire et franchement après le seau, on n'a pas trop trop envie d'en rajouter une couche avec de la bière !!! Même moi, qui ai eu un seau top niveau (parce que mon mentor, mon amie, m'a jugée élève modèle... ), j'ai quand même eu de la vodka, du jus d'orange, du rhum.... Tout ça, en même temps, et je vous laisse imaginer dans quel état j'étais après toutes ces festivités, soit à 21h!!!!!

Ne désespérant pas de pouvoir malgré tout prolonger un tant soit peu la soirée, nous sommes allés rejoindre la moitié des effectifs du club de plongée, au bar Next 2, haut lieu de la fête sur l'île!

Alex étant en bien en meilleur état que je ne l'etais, a, de fait, pu garder un oeil sur moi tout le temps de cette soirée très alcoolisée !

Finalement, après deux baignades toute habillée, la perte de mes chaussures et le sublime dessin d'un papillon coloré sur le visage, Alex décida qu'il était temps pour moi de dire au-revoir à tous mes petits camarades et de rentrer me coucher...lui tenant encore bien debout, il nous a donc ramené sain et sauf à notre bungalow...

A ce moment-là, nous avons regardé l'heure, histoire de se rendre compte des dégâts....il était 1h du matin!!!En deux mots, il ne fait pas bon devenir vieux, quand on se rend compte que la limite pour soi, c'est 1h du mat'!

 

0

Sail Rock...Deep dive and fun!!!!!

Isa , le 30 août 2014 10:26

Ayant plutôt bien avancé notre diplôme de Divemaster, en rentrant de Malaisie, Alex et moi avons sauté sur l'occasion que proposait le club de plongée d'une journée plongée à Sail Rock, pour nous changer les idées...

Sail Rock est un site de plongée relativement éloigné de Koh Tao, puisqu'il faut compter en moyenne 1h30 de bateau pour l'atteindre, à mi-chemin entre Koh Phangan et Koh Tao. Il s'agit d'une cheminée sous marine que l'on peut voir émerger des profondeurs abyssales et culminer à environ 15m au dessus du niveau de la mer. Perdus au milieu de nulle part, c'est l'endroit idéal pour voir les pélagiques, requins baleines, bouldogues et autres barracudas géants...si on a de la chance et que l'on ne se trouve pas là un jour de grosses afluences (parce que forcément, c'est un site de plongée très courru de tous les Dive Center dans un rayon de 30 km!!)

Donc, après 1h30 de bateau par une magnifique matinée ensoleillée, nous sommes arrivés en vue du rocher!!! Ni une ni deux, nous étions dans nos équipements et let's go diving...

La visibilité sous l'eau était parfaite, entre 30 et 40m, et l'affluence, presque raisonnable. Avec notre pote Arved, nous nous sommes donc gentiemment laissés couler jusqu'à 23-25m (la profondeur maxi étant de 30m et une belle thermocline, nous séparait du fond...n'ayant pas spécialement envie d'avoir froid, nous sommes restés au dessus) et avons commencé notre tour de la cheminée! Ce fut génial: un foisonnement de poissons, des bancs de fusilliers, de barracudas, de Batfishes...un vrai festival. Des mérous géants... bref, on n'a vraiment passé un moment fabuleux...Après, 45 minutes sous l'eau, nous sommes remontés sur le bateau, avons mangés un morceau, un lunch avait été prévu par le club pour les plongeurs affamés que nous étions.

Et puis, une grosse heure plus tard, le temps de digérer et de faire une petite sieste, nous étions de retour dans l'eau pour la 2ème plongée de la journée!

Aussi sympa que la précédente, nous nous en sommes mis encore une fois, pleins les yeux...une murène en ballade, des nudibranches, un poisson coffre jaune, magnifique...

tout cela avec un courant relativement soutenu qui m'a donné du fil à retordre, après 40 minutes à nager le plus souvent à contre courant, j'étais à 50 bars, le temps de remonter en surface...

 

Mais je dois dire que cette mini plongée a, au moins, eu le mérite de me convaincre d'arrêter de faire des économies de bout de chandelle, en empruntant les baby palmes (palmes jusqu'à 35, donc pour les chinois, les enfants et moi!) du club et en investissant dans de vraies palmes efficaces!! (la différence sur ma consommation d'air s'est vu dès la plongée suivante).

3

Aware Project

Alex , le 6 juillet 2014 10:17

Interview  du jour:

Isa en mode écolo, qui pendant une après-midi, a participé à la protection et à la refonte des récifs coraliens autour de Koh Tao

Alex:  Melle Botté (sic), vous avez participé à un stage dirigé par Eco Koh Tao, association de l'île, chapeutée par Project Aware Foundation, pouvez vous nous en dire plus? 

Isa:  Le Project Aware est une association qui tente de préserver l'environement sous marin, en "éduquant" les amateurs intéressés par ce milieu. Une de ses missions: essayer de recréer des récifs coraliens aux abords de l'ìle de Koh Tao, qui jusqu'à il y a encore une bonne trentaine d'année, étaient une île entourée de coraux foisonnant...L'homme est passé par là depuis et  de grands bancs de sable environnent maintenant l'île.

Alex: Hum hum

Isa: Pendant une après-midi, j'ai donc fixé des coraux sur une structure métalique engloutie volontairement, au large de Koh Tao et qui s'appellent des Biorocks...

Alex: Qu'est ce qu'une Biorock?

Isa: Il s'agit d'un dôme en fer, assemblé par l'homme, relié à un générateur de courant à très très faible tension et immergé en pleine mer. Le faible courant attire et permet aux organismes coraliens de mieux se fixer sur la structure, leur offrant une chance de grandir et ainsi de se multiplier. Ceux sur lesquels nous sommes intervenus avec le club de plongee se trouvaient à environ 50 mètres de la côte par 10 mètres de profond.

Alex: Trop cool! Et Vous en avez fixé beaucoup de ces coraux?

Isa: Pas des masses...parce qu'il faut vraiment les fixer de manière à ce qu'ils ne bougent pas du tout, qu'ils ne puissent être emportés par le courant. Et sous l'eau, avec tout l'équipement de plonger...et bien ce n'est pas évident du tout!!!! En tous cas, tant que l'on n'a pas attrapé le coup de main!!! Mais on a quand même réussit à en fixer, environ une bonne trentaine sur 2 plongées de 50 minutes chacune...c'est pas énorme mais ce n'est pas rien non plus!!

Alex: Et vous les fixez comment ces coraux?

Isa: Avec de la colle à coraux, biensûr!!! (Alex est dubitatif "prends moi pas pour un débile, pendant que tu y es")...non, avec du fil de fer et on attache littéralement les coraux à la structure, l'animal va construire sa "carapace de pierre" sur le fil et sur le fer dans l'idée de se stabiliser dessus, comme s'il s'agissait de son environnement perso!!!

Alex: Et ça met combien de temps a poussé, les coraux?

Isa: ça dépend des variétées...S'il s'agit, de coraux "à branches", alors ils grandissent rapidement mais sont plus fragile et vont se casser beaucoup plus facilement, les coraux plus "corpulents" vont grandir plus lentement, mais a contrario, seront bien plus solide. Les Biorocks ont été installé en 2008 et actuellement on peut déjà y voir quelques beaux specimens qui ont réussit à se développer.

Alex: Sympas! et en plus des coraux, d'autres poissons viennent "roder" dans les parages?

Isa: Bel exemple de vie en symbiose, dans un des coraux qui s'était détaché et que l'on a refixé, on a trouvé un petit couple de crabes violet qui vivaient littéralement dans ce corail. Sous le dôme, on peut aussi apercevoir, un poisson-coffre, un poisson-perroquet et une curieuse association entre une petite crevette grise qui vit dans une galerie dans le sable et qui, pendant qu'elle nettoie l'entrée de sa galerie est réellement protégée par un petit poisson (dont j'ai zappé le nom) qui fait le guet, obligeant la crevette à rentrer dans son trou à la moindre alerte!!

Alex: Belle expérience en somme?!

Isa: Passionnante!! A refaire très vite!

 

 

 

 

 

 

 

 

note de l'auteur: pour plus d'infos sur le projet Aware: www.projectaware.org, pour les Bio-Rocs: http://www.ecokohtao.com/probiorock.html

0

Mexique: Cenote

Isa , le 12 mai 2014 18:00

Après l'article sur Cozumel, voici le petit dernier concernant le Mexique, au sujet de cette spécificité locale qu'est le cenote.

Dans la série des curiosités locales, celle là mérite le détour. Un peu d'histoire et de géologie, pour commencer... Un cénote est un puît d'eau douce, formé au cours des siècles par infiltration d'eau de pluie et érosion du sous sol tendre de la région, à l'origine de l'apparition de ces "trous" d'eau. Ces derniers servaient de réservoir d'eau potable aux populations du Yucatan. Des cénotes, il y en a des centaines, pour ne pas dire des milliers, certains communiquent entre eux par des galeries, plus ou moins immergées, amenant l'eau de pluie dans des salles enfouies plusieurs dizaines de mètres sous terre et couvertes de stalactites et/ou de stalagmites, de l'eau qui, aujourd'hui encore, est super pure...(j'ai bu la tasse plus d'une fois avant la plongée et je n'ai eu aucuns problèmes de bactéries...) Bref, en plongeant en cénotes, on fait de la plongée ET de la spéléo...

Là où cela diffère de la "spéléo classique" c'est que l'eau étant filtrée par le sol, elle est particulièrement pure et du coup, il suffit d'un trou de lumière, de rayons de soleil qui se frayent un chemin dans l'obscurité et là, c'est juste incroyable, on a l'impression en tant que plongeur d'être en suspension dans l'air, l'eau est littéralement translucide de pureté...

Cette plongée est cependant une plongée plutôt technique, il faut réellement maîtriser sa flotabilité, et sa consommation d'air. Certains boyaux peuvent être totalement immergés et du coup, la possibilité en cas de problèmes, de remonter est impossible (vive l'octopus de son binome dans ce cas!). De plus, la capacité à se contrôler, à rester calme, maître de ses mouvements, est essentiel. En effet, il est inimaginable d'abîmer par des gestes désordonnés ou une mauvaise flotabilité, les fragiles concrétions qui mettent des centaines d'années à se former. De plus, pureté de l'eau ne signifie pas pour autant qu'il n'y a ni sables, ni sédiments...il repose juste sur le fond, donc là encore, la flotabilité DOIT être parfaite afin de ne pas brouiller la visibilité.

En y repensant, c'est probablement la plongée qui m'a le plus apporté...elle m'a obligée à me calmer, à prendre mon temps!

Nous avons plongé dans le cénote de Dos Ojos : un immense ensemble de galeries, un vrai labyrinthe; d'ailleurs un fil d'ariane est nécessaire pour ne pas se perdre. Dos Ojos est un double cénote avec 2 systèmes de galeries, nous avons d'abord emprunté Barbie Cave : une poupée barbie dévorée par un croco en résine est le point d'arrivée de ce 1er parcours...(charmant, non!!!), une profondeur maxi de 10m, des stalactites géantes, des effets miroirs où l'on ne fait plus la différence entre l'air et l'eau!

Nous avons ensuite changé de bouteille et avons emprunté la 2ème entrée: Bats Cave, son nom vient du fait que la "salle" d'arrivée est colonisée par des centaines de chauves souris, dormant paisiblement, juste au dessus de la galerie d'où vous émergez (là pour le coup, l'eau est forcément moins limpide)... mais c'est assez impressionnant de sortir la tête dans une cavité où vivent à quelques mêtres au dessus de nos têtes, des petites bêtes...euh, sympatiques? Les galeries de ce cénote sont plus sombres (moins de trous de lumière), plus tortueuses, avec des passages relativement étroits (les mouvements désordonnés de palmes sont formellement interdits!!)

L'impression de flotter dans l'air/l'eau est vraiment impressionnante mais le manque de vie marine (bon il y a bien quelques petits poissons mais à côté de la barrière de corail, ce n'est pas comparable!) en fait un environnement très spécial, à voir, définitivement...mais d'un point de vue perso, je préfère la plongée plus...classique, avec les poissons multicolores, de toutes les tailles etc!

(photo tirée du site www.cenotedosojos.com)


Powered by BlogEngine.NET 2.0.0.36 - Log in
Original Design by Laptop Geek, Adapted by onesoft & Yome NetSan